ÉPARGNER

Plusieurs solutions et plusieurs enveloppes s'offrent à vous pour votre épargne.

PEA, Comptes Titres, PEL, Livrets d'épargne, Livrets A, Assurances Vie, comment s'y retrouver ?

C'est là aussi qu'intervient l'expertise d'un conseil en gestion de patrimoine.

Ces tableaux vous démontrent tout l'intérêt d'une épargne investie sur des supports dynamiques, type actions. Ici, calculée sur un support tel que le fonds "Agressor" de la Financière de l'Échiquier . Nous aurions pu choisir "Carmignac Investissements" de Carmignac Gestion ou un autre fonds figurant dans le tableau de suivi des fonds sélectionnés (cf. ce tableau ci-dessous).

 

cf. commentaires sur ces tableaux de suivi des fonds à l'onglet "Placer & Investir"

 

 

Cette forme d'épargne est plutôt orientée vers l'Assurance Vie mais on peut aussi la prévoir sur le PEA, le PEA-PME ou le Compte-Titres. A choisir en fonction de sa situation et de ses objectifs définis et identifiés en amont avec votre CGP.

L'essentiel étant d'effectuer des versements le plus fréquemment possible, la fréquence mensuelle étant la plus souhaitable à défaut de pouvoir faire des versements quotidiens.

L'allocation d'actifs (ou sélection des supports pour votre épargne ou votre placement) n'est pas la partie la plus simple dans l'activité de gestion de patrimoine. D'où l'intérêt de pouvoir compter sur votre CGP (Conseil en Gestion de Patrimoine).

Voici un tableau comparatif des différents livrets d'épargne proposés principalement par les réseaux bancaires :

 

Ces livrets doivent se regarder comme des instruments pour placer votre trésorerie court-terme, l'argent dont on risque d'avoir besoin à tout moment. En aucun cas l'argent qu'on désire placer à plus long terme (> 2 ans).

Et c'est là qu'un professionnel de l'épargne peut vous être d'un bon secours.

Contactez-moi !

 

Et pourquoi les français préfèrent l'assurance-vie ?

Qui ne s'est jamais posé la question de savoir pourquoi les Français plébiscitaient l'assurance-vie pour leur placement ?

 

Réponse ci-dessous :

Lors d'un rachat partiel (retrait) sur votre contrat d'assurance vie, vous êtes uniquement imposés sur la part qui correspond aux intérêts générés par le capital. On peut calculer cette fraction, afin de déterminer laquelle sera soumise à l'impôt.

 

La fiscalité de l'assurance-vie vous permet de ne pas être imposés sur l'intégralité de la somme perçue lors d'un rachat partiel de votre contrat. Seule une partie de ce montant, celle proportionnelle aux intérêts générés depuis l'ouverture du contrat, est soumise à fiscalité. Et ce, quelle que soit la fiscalité applicable. C'est l'assiette ou base imposable que l'on calcule ici.
 

Une formule de calcul à retenir (ou du moins à connaître)

 

Pour déterminer le montant sur lequel vous êtes imposés, il faut appliquer une formule de calcul suivant cette formule (magique ou presque) :

 

Montant racheté – (versements effectués depuis l'ouverture du contrat x montant racheté/valeur du contrat au moment du rachat)
 

Un exemple vaut mieux qu'un long discours :

Imaginons que vous avez versé 100.000 euros depuis l'ouverture de votre contrat et celui-ci, avec intérêts, vaut aujourd'hui 145.000 euros. Vous entendez racheter ces 45.000 euros, soit la totalité de la plus-value.

Vous appliquez donc le calcul décrit ci-dessus : 45.000 – [(100.000 x 45.000)/145.000]

Le total des intérêts générés, sur lesquels vous seriez imposable est donc de 13.966 euros. Sur le montant de votre rachat partiel, 31 034 euros échappent donc à toute forme de fiscalité alors que, encore une fois, ces 31 034€ ne sont constitués que d'intérêts. Nous sommes bien d'accord.

Et si votre contrat a plus de 8 ans, vous bénéficiez en outre de l'abattement de 9200€ (pour un couple marié ou pacsé et 4600€ pour un célibataire).

Dans notre exemple, l'assiette imposable se réduirait à 4.766€  (13.966 - 9200).

Mais chut, ne le répétez à personne...

Il n'y a pas de magie, c'est la fiscalité des rachats partiels en assurance-vie. Et si cette fiscalité plutôt très favorable existe encore, n'en soyez pas surpris, c'est la preuve que ceux qui nous gouvernent sont très investis en assurance-vie !...

Le montant de l'impôt sur un rachat partiel

Une fois déterminée cette assiette imposable (base imposable), vous pouvez calculer l'impôt que vous allez devoir payer (le cas échéant). Celui-ci dépend en partie de la date de rachat, si vous optez pour le prélèvement forfaitaire libératoire. Vous pouvez également choisir d'être imposé en fonction du barème de l'impôt sur le revenu, en réintégrant le montant imposable du rachat partiel à votre revenu imposable quand vous remplirez votre déclaration.
 

Dans tous les cas, vous appliquez cet abattement sur le montant imposable si le rachat intervient après 8 ans : autrement dit vous diminuez le montant imposable de 4.600 euros (personne seule) ou 9.200 euros (couple). Ce qui signifie que si la part d'intérêts générés est inférieure à ce seuil, vous n'êtes pas imposés sur votre rachat.

>>>>> Contactez-moi si vous aussi vous voulez profiter de cette possibilité !

Imposition par le prélèvement forfaitaire libératoire (PFL)
 

Entre 0 et 4 ans : Le PFL est de 35%. Dans notre exemple, le montant de l'impôt est donc égal à 35% de 13.966 euros, soit 4.888 euros sur un rachat de 45.000 euros (rappelez-vous notre exemple). L'impôt réel est donc de 10,86%.
 

Entre 4 et 8 ans : Le PFL est de 15%. Sur cet exemple, le montant de l'impôt est de 2.095 euros.
 

Après 8 ans : Le PFL est de 7,5%. Après abattement de 4.600 euros sur le montant des intérêts, l'impôt s'élève pour une personne seule à 702 euros. Pour un couple, il se limite à 357 euros (Taux impôt réel = 0,79%).

Et dans tous les cas, les PS (prélèvements sociaux) au taux de 17,2% (depuis le 01/01/2018).

Si votre abattement a été entièrement utilisé, la taxation sera fonction de votre TMI, choisissez alors la fiscalité la plus intéressante pour vous :
(à compter de l'imposition de 2021, application du nouveau barème)

             TMI          IR          PFL (7.5%)

     11%      1.536€     1.047€

     30%      4.190€     1.047€

     41%      5.726€     1.047€

 

♦ A noter, qu’après 8 ans, l’abattement se renouvelle chaque année, permettant ainsi d’optimiser vos rachats en effectuant des retraits exonérés tous les ans.

*Les Honoraires

La question qui fâche ?

Elle ne le doit en aucune façon.

Voilà pourquoi :

Dans le cadre de certaines missions bien identifiées et qui font alors l'objet d'une lettre de mission spécifique, il peut arriver que des honoraires soient dus à votre CGP préféré. Mais encore une fois, ces honoraires sont définis à l'avance avec votre Conseil et ils ne peuvent survenir que dans des missions spécifiques telles qu'un bilan successoral revêtant un caractère particulièrement complexe, ou bien des commissions de sur-performance parce que vous avez d'un commun accord avec votre Conseil décidé de récompenser celui-ci dans le cas où grâce à ses conseils avisés, le rendement de votre placement a été particulièrement satisfaisant.

Dans ces cas bien précis, une facture d'honoraires vous est présentée et vous réalisez ainsi la véritable valeur ajoutée de votre CGP.

Aucun honoraire n'est dû dans le cas d'une première consultation ainsi qu'en cas de mandat de recherche de financement.

Dans ce dernier cas, les seuls honoraires qui peuvent être dus ne le sont qu'après réception et retour d'une offre de prêt signée par vous.